Galéjade ?


- Une usine à Saint Paulet, et une usine produisant de l'essence! vous plaisantez, je pense!!!

- Eh bien, non elle a existé, cette usine, et, vers 1930, elle produisait, à partir du lignite extrait sur place, de l'essence d'une qualité très en avance sur son temps. Trop en avance, peut-être, et comme vous le savez "nul n'est prophète en son pays".

Si votre curiosité est éveillée, installez-vous confortablement et écoutez cette histoire, qui est avant tout une histoire humaine.


Eugène Houdry en 1942 au centre de recherches de Linwood (Pensylvanie)


Au début du siècle dernier, le 17 juin 1911 pour être précis, le jeune Eugène, Jules Houdry, gé d'à peine vingt ans, son diplme d'ingénieur en poche, sort de l'école des Arts et Métiers de Chalons sur Marne. L'avenir s'ouvre devant lui sous les meilleurs auspices, car son père, propriétaire d'une florissante entreprise métallurgique, va le prendre à ses cotés. Et c'est ainsi que commence la carrière de E. Houdry qui devient rapidement associé dans les affaires familiales dont il peut espérer devenir un jour le "patron". A titre personnel il est passionné par les toutes premières courses d'automobiles qui sont, à l'époque, passablement meurtrières.

Oui, mais août 1914 arrive et le voilà sous-lieutenant dans les blindés. Les blindés de 14/18 n'avaient rien à voir avec ceux des "panzer divisions"; Les pannes et problèmes mécaniques furent le pain quotidien du jeune ingénieur, mais, malgré cela, il acquit la certitude que, dans l'avenir, les engins automobiles, blindés ou pas, connatraient une grande diffusion. Blessure grave, décorations la guerre se termine et E. Houdry reprend ses activités dans l'entreprise familiale.

Au début des années 20 il s'occupe de plusieurs firmes industrielles, dont l'une fabrique des pièces détachées pour automobiles. Toujours passionné par les courses, cette association avec une firme de pièces détachées développa son goût

pour l'augmentation des performances des moteurs d'automobiles par l'amélioration des carburants. Il continua sur cette lancée en allant aux états-Unis en 1922 pour assister aux "500 miles" d'Indianapolis et pour visiter les usines Ford à Detroit. De retour en France il participa à plusieurs courses au volant d'une Bugatti.

Bien que nous n'ayons pas retrouvé de documents relatant ce voyage il me parat à peu près sûr que Houdry était accompagné par un autre fanatique de sport automobile et pilote de Bugatti: Eugène Dinoire, qui allait assez souvent aux U.S.A et que j'ai entendu un jour parler des usines de Detroit "o les ouvriers allaient travailler en voiture". E. Dinoire qui était, lui aussi, administrateur de sociétés, s'intéressait à la "Société des Mines de St Julien de Peyrolas" dissoute par le tribunal civil d'Uzès le 11 mars 1921, puis mise sous la tutelle d'un liquidateur, mais qui continuait à extraire du lignite à St Paulet.
Cette tutelle durera jusqu'au rachat de cette société, le 18 mai 1926, par le Groupe Houdry, qui a créé à cet effet la "Société Anonyme Franaise d'Exploitation et d'études Minières" (S.A.F.E.E.M).

Retour page présentation de la mine
Mentions Légales: © AIPT avril 2014-2015
Site créé par AIPT: Mairie, Promenade Saint Paul, 30130 Saint Paulet de Caisson, Gard, Languedoc-Roussillon, FRANCE.
Tel : 04.66.39.97.97. Courriel : aipt30@orange.fr
Hébergement et nom de domaine: www.ovh.com
Optimisé 1024x768px