LABORATOIRE D’ARCHEOLOGIE DU CANTON DE PONT-SAINT-ESPRIT

Dans le cadre de l’opération:

  • « Balade des lumières »
mise en place par l'ancienne Communauté de Communes,
il a été conclu le 15 mars 2008, en mairie de Saint Paulet,
entre le Service régional de l’Archéologie, l'ancienne Communauté des Communes, l’entreprise INEO et notre Association, un accord de suivi archéologique des travaux de terrassement dans les zones sensibles notamment les abords des églises paroissiales et des chapelles rurales.

Pour la commune de Saint Paulet, seuls, deux édifices étaient concernés :

La chapelle Sainte Agnès où devait être placée des projecteurs autour du bâtiment et relié entre eux par une tranchée de 0,70m de profondeur.
La nécropole, dans sa partie sud est était connue de notre association depuis les fouilles de 1992.
à contrario, il n’en était pas de même pour l’entrée et la partie nord.

En accord et avec l’aide de la municipalité, nous sommes intervenus en amont des travaux d’électrification, par des sondages d’évaluation pour déterminer s’il s’agit d’inhumations secondaires de type « fosse commune » ou de couche d’épidémie.

Les couches profondes de la nécropole, dans sa partie sud-est, ont montré une zone spécialisée dans l’inhumation des enfants et des adolescents.
Ce type d’organisation de l’espace est peu connu et demande à être comparée avec d’autres nécropoles régionales de la même époque.

Le sous-sol de la partie nord n’a pas pu fournir les renseignements escomptées, très perturbé par la pose de la tresse du paratonnerre et du regard d’eau.

Au cours de la réalisation des tranchées côté sud de l’église paroissiale, il a été mis au jour une important massif de maçonnerie en grand appareil situé perpendiculairement à l’église.

Aucun sondage n’ayant pu être réalisé par faute de temps, il n’a malheureusement pas été possible d’éviter la destruction de quelques tombes.

Une plaquette sur la chapelle Sainte Agnès et le terroir qui l’entoure sera à la disposition du public.

Dans le cadre de l’élaboration du PLU une révision de la carte archéologique sera effectuée par notre association.

A ce sujet, nous tenons à rappeler la loi du 18 décembre 1989, interdisant l’usage des détecteurs de métaux sur le sites archéologiques.
Le contrevenant s’expose à des poursuites judiciaires et à la confiscation de son matériel.
Dorénavant, ces clandestins irrespectueux du patrimoine enseveli, seront poursuivis dans le cadre de la loi.

Nous rappelons que l’Association est ouverte à toutes les personnes adultes intéressées pour se former à l’archéologie. Prendre contact auprès du Président : Mr GOURY Jacques.

La CARTE ARCHéOLOGIQUE répertorie les zones réputées sensibles du point de vue du patrimoine enfoui.
Le Code du patrimoine (titre V en particulier) prévoit que dans ces zones les opérations d'aménagement, de construction ou tous travaux susceptibles d'affecter des vestiges archéologiques ne pourront être effectués qu'après la mise en œuvre de mesures de conservation ou de sauvegarde par la réalisation d'études scientifiques.

La révision de la carte archéologique avec l'adjonction de nouveaux sites est en cours de réalisation sur les communes de Carsan, Saint-Paulet-de-Caisson et Saint-Julien-de-Peyrolas.

Un bilan exhaustif sera remis aux communes concernées.
Saint-Gervais, Saint-Michel-d'Euzet et la Roque-sur-Cèze font partie de ce programme.

Les nouvelles cartes ont été transmises au Service Régional de l'Archéologie.

ACTION ENVERS LES SCOLAIRES



Les élèves de la classe de CM2 ont participé durant quinze séances à un atelier sur la céramique romaine.
Après avoir eu un aperçu des anciens ateliers de potiers et tuiliers du canton,les élèves ont pu s'initier aux différentes techniques du travail de l'argile et réaliser chacun deux vases choisis dans le vaisselier romain.
Parallèlement, les briques pour la construction du four ont été fabriquées en argile crue achetée à l' usine de Vallabrègue à Bollène.



En fin de cycle les éléves ont visités l'atelier (La Festine) ou ils ont pu échanger avec Mme ALBOUY sur les difficultés rencontrées durant les différentes étapes de la fabrication.
Certains, les plus habiles,ont pu monter un vase sur son tour.

La cuisson a duré 8 h. et ce n'est qu'après refroidissement complet que les élèves ont pu découvrir leurs œuvres, réussies pour certains, fissurées ou brisées pour d'autres.

Cet atelier a pu être réalisé grâce au vote d'une subvention exceptionnelle de la mairie.
A contrario l'aide du Conseil Général du Gard a été refusée, le projet ne correspondant pas à sa doctrine...

Après cinq ans d'interventions à l'école primaire de Saint-Paulet, nous sommes dans l'obligation, faute de moyens, d'arrêter notre collaboration, ce que nous regrettons vivement car nous sommes encore de ceux qui pensent qu'une sensibilisation des enfants au patrimoine, au cours d'atelier à l'école, vaut mieux que des opérations de prestige annoncées à grands renforts de panneaux publicitaires.

Les élèves (option latin) du collège de Villeneuve lès Avignons sont venus s'initier durant un après-midi aux méthodes de fouille sur le site de Mas Conil à Pont-St-Esprit.

Nous rappelons que l'Association est ouverte à toutes les personnes adultes intéressées pour se former à l'archéologie.

Prendre contact auprès du Président :    GOURY Jacques     Tél 04.75.04.64.22

Mentions Légales: © AIPT avril 2014-2015
Site créé par AIPT: Mairie, Promenade Saint Paul, 30130 Saint Paulet de Caisson, Gard, Languedoc-Roussillon, FRANCE.
Tel : 04.66.39.97.97. Courriel : aipt30@orange.fr
Hébergement et nom de domaine: www.ovh.com
Optimisé 1024x768px