Notre petite mine, blottie au milieu des vignes, servie par des générations de paysans mineurs, plus ruraux qu'ouvriers, attachés à leur terre, produisant de faibles quantités d'un charbon de qualité modeste était condamnée à disparatre, comme a disparu chez nous toute l'industrie à taille humaine. Il faut maintenant produire toujours plus, toujours plus vite, toujours moins cher, c'est une course au gigantisme mondialisée. Au nom de ce "progrès", un triste jour de décembre 1962 le dernier wagonnet de lignite a quitté la mine, scellant son abandon définitif.

Voilà, la boucle est bouclée
Il y avait, au début, la nécessité d'exploiter toutes les ressources locales possibles car les transports étaient lents et coteux, ce qui conduisait à une population stable et imprégnée des coutumes et traditions qui avaient, durant des siècles, assuré, dans nos régions rurales, une stabilité sociale et économique facilement acceptée. L'évolution des transports a mondialisé l'exploitation des ressources et mis mal en point coutumes et traditions. La situation sociale que nous connaissons aujourd'hui est de nature à nous faire craindre que ce ne soit peut-être pas la bonne voie

Mais qui peut nous le dire?

Nota: Vous trouverez plus de détails sur l'histoire minière et industrielle de Saint Paulet dans l'ouvrage de Yves MANDIN "Mines et usine de Saint Paulet de Caisson de 1805 à 1962" qui se trouve à la bibliothèque municipale.

Retour accueil mines
Mentions Légales: © AIPT avril 2014-2015
Site créé par AIPT: Mairie, Promenade Saint Paul, 30130 Saint Paulet de Caisson, Gard, Languedoc-Roussillon, FRANCE.
Tel : 04.66.39.97.97. Courriel : aipt30@orange.fr
Hébergement et nom de domaine: www.ovh.com
Optimisé 1024x768px